lunes, mayo 4

Quelqu un m a dit


On me dit que nos vies ne valent pas grand chose,
Elles passent en un instant comme fanent les roses.
On me dit que le temps qui glisse est un salaud
Que de nos chagrins il s'en fait des manteaux
Pourtant quelqu'un m'a dit...

Que tu m'aimais encore,
C'est quelqu'un qui m'a dit que tu m'aimais encore.
Serais ce possible alors ?

On me dit que le destin se moque bien de nous
Qu'il ne nous donne rien et qu'il nous promet tout
Parait qu'le bonheur est à portée de main,
Alors on tend la main et on se retrouve fou
Pourtant quelqu'un m'a dit ...

Que tu m'aimais encore,
C'est quelqu'un qui m'a dit que tu m'aimais encore.
Serais ce possible alors ?

Mais qui est ce qui m'a dit que toujours tu m'aimais?
Je ne me souviens plus c'était tard dans la nuit,
J'entend encore la voix, mais je ne vois plus les traits
"Il vous aime, c'est secret, lui dites pas que j'vous l'ai dit"
Tu vois quelqu'un m'a dit...

Que tu m'aimais encore, me l'a t'on vraiment dit...
Que tu m'aimais encore, serais ce possible alors ?

On me dit que nos vies ne valent pas grand chose,
Elles passent en un instant comme fanent les roses
On me dit que le temps qui glisse est un salaud
Que de nos tristesses il s'en fait des manteaux,
Pourtant quelqu'un m'a dit que...

Que tu m'aimais encore,
C'est quelqu'un qui m'a dit que tu m'aimais encore.
Serais ce possible alors ?


Uff...hace frío...Y el frío me hace pensar tonteras, siempre...

Quisiera escuchar música acostada en el piso hasta que amanezca, pero es que de verdad hace mucho frío como para hacerlo. Quisiera gritar - acostada en el piso - que me encanta caminar en otoño...sentir la lluvia de hojas en mi cara...decir que me gusta todo así...como bien superficial...
Y el amor también me gusta...porque es otra de esas cosas raras...distintas, superfluas...



...

PD: Disculpen. Nada es estéticamente bello, menos lo que escribo.

1 comentario:

NN Producciones dijo...

Sólo advierto que si te acuestas en el piso, morirás de resfrido y odiarás aún más cuando Fernandez hable contra tu voz radiofónica.

Saludos mi eterna cachorra.